Il déclare ainsi demander les « pleins pouvoirs » aux Italiens, propos largement interprétés comme une référence au discours tenu en 1922 par Benito Mussolini, quelques jours après être devenu président du Conseil des ministres[64],[65],[66]. À partir de l’année suivante, il entretient une relation avec Francesca Verdini, fille de l’homme politique Denis Verdini[10]. Regierung in Italien vor dem Aus: Salvini stürzt Italien in Krise - Ministerpräsident Conte weist ihn in die Schranken. L'historien Nicolas Lebourg remarque que Matteo Salvini a laissé de côté la Padanie, espace imaginaire de référence du parti, « pour se concentrer sur une opposition franche à l'immigration, à l'islam, à l'Union européenne, aux Roms et aux réfugiés qui débarquent dans le Mezzogiorno depuis 2007 »[88]. L'Opinion souligne cependant qu'au regard des sondages, « l’immigration, le cheval de bataille de La Ligue, reste un problème important pour la population italienne » et que « la politique anti-immigration de Salvini était plébiscitée »[69]. À partir de 1997, il s'investit dans les différents moyens de communication de la Ligue du Nord et peaufine ses talents d’orateur[1]. En 2009, il se déclare favorable à des wagons séparés pour les « seuls Milanais » dans le métro de la capitale lombarde[101],[102]. Selon Le Monde, la pandémie de Covid-19 le rend moins audible alors qu'il hésite « entre deux attitudes inconciliables — le « chiudiamo tutto ! Weitere Videos durchsuchen. En réponse, Matteo Salvini s'en prend, visant le Mouvement 5 étoiles, à « ces messieurs qui disent toujours non et bloquent tout », et accuse les autres parlementaires d’« avoir peur du jugement du peuple » et d'élections anticipées, alors que les sondages créditent la Ligue de 36 à 38 % des intentions de vote, soit plus du double de son score réalisé lors des dernières élections législatives[63]. La dernière modification de cette page a été faite le 25 octobre 2020 à 14:32. Plusieurs administrations régionales forment des recours à la Cour constitutionnelle pour contester les mesures prises[36]. franceinfo. Il dispose également, à la même date, de 1,4 million de fans sur Instagram et 1,1 million sur Twitter[112]. Sur la question de l'arrivée des migrants en Italie, il s'oppose au président français, Emmanuel Macron, qui critique publiquement sa politique[50],[51]. Proche depuis 2014 d'Armando Siri, fondateur en 2010 d'un parti confidentiel (Partito Italia Nuova) qui devient son conseiller économique, il adhère à sa proposition d'un impôt à taux unique (flat tax) à 15 %, en fait un pilier de son programme et obtient son intégration dans le programme de sa coalition aux élections générales italiennes de 2018, alors que Silvio Berlusconi privilégiait un taux de 23 %[99]. Mediapart souligne que cette proposition a été avancée par Matteo Salvini comme « un élément mobilisateur pour l’électorat qu’il vise, notamment les classes moyennes déçues par le berlusconisme », qui lui permet de renoncer à la sortie de la zone euro : « pour la Ligue, l’essentiel est la réforme fiscale : si elle peut la faire dans le cadre de l’euro, elle n’a pas besoin de réfléchir à une sortie de la monnaie unique »[99]. Son parti, renommé la Ligue, arrive en tête des élections européennes de 2019 et des scrutins régionaux de cette même année. Italien: Salvini will Italiens neue Regierung mit Referenden ausbremsen. Lors des élections générales de 2018, dans le cadre de la coalition de centre-droit, il s'allie notamment avec Forza Italia de Silvio Berlusconi[30]. Supporteur de l'AC Milan, il n'hésite pas à donner régulièrement son avis sur l'actualité du club, que ce soit pour critiquer les décisions de l’entraîneur Gennaro Gattuso[11] ou pour se réjouir du départ du joueur Gonzalo Higuaín[12]. Au niveau européen, il prône une « ligue des ligues » avec d’autres États afin de lutter contre l’immigration[29]. Il est élu conseiller municipal de Milan en 1993, et détient ce mandat pendant 20 ans[5]. Wie geht es jetzt in Italien weiter? Malgré ces manifestations, les sondages montrent fin décembre 2019 qu'il continue d'engranger des opinions favorables[82]. Nun soll der komplette Senat über einen Termin für ein mögliches … Il démissionne aussitôt après son élection, optant pour son mandat de député européen. Il est opposé à l'union civile des couples de même sexe[2]. À la suite des élections générales de 2018, lors desquelles la Ligue obtient son meilleur score historique (17,4 %), il est élu sénateur et entre au gouvernement de Giuseppe Conte en tant que vice-président du Conseil des ministres et ministre de l'Intérieur. La Ligue réalise ainsi son meilleur score historique et Matteo Salvini est considéré, avec Luigi Di Maio (Mouvement 5 étoiles), comme le vainqueur des élections[31]. Selon le journaliste Matteo Pucciarelli, il soutient un homme qui a tiré sur un cambrioleur[pourquoi ?] Il fait de l’abandon de l'euro un marqueur de son message politique, attirant au sein de la Ligue de nombreuses personnalités eurosceptiques[94]. Lors de ses déplacements et allocutions, il se présente en « monsieur tout le monde » et flatte les us et coutumes du pays : il porte régulièrement des polos à l'effigie de l'Italie, des vigili del fuoco (pompiers italiens), enfile chaque jour un sweat-shirt frappé du nom des villes qu’il sillonne, et diffuse sur Twitter des photos des plats régionaux qu’il consomme à l’occasion de ses visites[110],[111],[112]. Dans cette lutte contre l'immigration clandestine, il est soutenu par la majorité des Italiens[89] étant en phase avec un « besoin de protection exprimé par la population »[90]. Le Mouvement 5 étoiles et le Parti démocrate s'accordent finalement pour former un nouveau gouvernement et empêcher ainsi la tenue d'élections anticipées : tandis que Matteo Salvini dénonce un gouvernement « contre nature, piloté par les puissances internationales et fédéré par la haine de La Ligue », les observateurs évoquent le « pari raté » ou le « mauvais calcul » de Matteo Salvini, coupable d'une « sous-évaluation de la complexité des mécanismes d’une République parlementaire comme l’Italie », « où le jeu institutionnel reste fondamental dans l’exercice du pouvoir »[68],[69]. Innenminister Matteo Salvini will einen Misstrauensantrag gegen die Regierung einbringen. Vice-président du Conseil et ministre de l'Intérieur, Retour au Sénat et chef de l'opposition à Conte, « choisir de changer les choses de l'intérieur », « recomposer la scène politique européenne pour contester le poids du, « agi par intérêt personnel et politique, compromettant l’intérêt général », « ces messieurs qui disent toujours non et bloquent tout », « contre nature, piloté par les puissances internationales et fédéré par la haine de La Ligue », « sous-évaluation de la complexité des mécanismes d’une République parlementaire comme l’Italie », « où le jeu institutionnel reste fondamental dans l’exercice du pouvoir », « l’immigration, le cheval de bataille de La Ligue, reste un problème important pour la population italienne », « la politique anti-immigration de Salvini était plébiscitée », « entre deux attitudes inconciliables — le «, « le gouvernement profite à plein de l’ambiance d’union nationale créée par la crise, malgré ses hésitations et ses ambiguïtés », « sa transformation d’un parti sécessionniste en parti nationaliste dont le destin est lié à son leader », « est devenu beaucoup plus national, souverainiste, anti-immigration, islamophobe, avec une récurrence très forte sur le thème de l’identité », « pour se concentrer sur une opposition franche à l'immigration, à l'islam, à l'Union européenne, aux Roms et aux réfugiés qui débarquent dans le, « l’Italie hors de l’UE ne compterait plus », « voit dans la crise [sanitaire] une fenêtre pour tenter de sortir l’Italie de l’euro », « ce sera donc un impôt à taux unique imparfait sur le plan théorique, mais très proche de la proposition de la Ligue sur le plan pratique », « un élément mobilisateur pour l’électorat qu’il vise, notamment les classes moyennes déçues par le berlusconisme », « pour la Ligue, l’essentiel est la réforme fiscale : si elle peut la faire dans le cadre de l’euro, elle n’a pas besoin de réfléchir à une sortie de la monnaie unique », « se résume à la fabrique quotidienne d’un clivage ami/ennemi », « provoquer la réaction de ses adversaires politiques, qui contribuent gratuitement à élargir son audience et à rendre plus performante l’emprise du leader de la Ligue sur les réseaux sociaux », Liceo ginnasio statale Alessandro Manzoni, groupe Europe des nations et des libertés, liaison ferroviaire transalpine Lyon - Turin, finale de la Coupe du monde de football de 2006, élection présidentielle américaine de 2020, « Salvini est désormais le leader incontesté de la coalition des droites italiennes », https://www.istitutoixe.it/2020/01/28/intenzioni-di-voto-28-gennaio-2020/, Italie : pourquoi Matteo Salvini est populaire, Portail historique de la Chambre des députés, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Matteo_Salvini&oldid=175907544, Personnalité politique italienne du XXIe siècle, Député européen du groupe Europe des nations et des libertés, Ministre de l'Intérieur de la République italienne, Page du modèle Article comportant une erreur, Article contenant un appel à traduction en italien, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Article de Wikipédia avec notice d'autorité, Page pointant vers des bases relatives à la vie publique, Portail:Politique en Italie/Articles liés, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, Portail:Biographie/Articles liés/Politique, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, 2012-2013 : secrétaire national de la Ligue lombarde. Il est le premier homme politique à investir TikTok, plateforme populaire chez les lycéens[115]. Critique de la politique migratoire de l’Union européenne, il cherche à rapprocher l'Italie des gouvernements nationalistes et populistes du groupe de Visegrád ou de la Roumanie, et souhaite plus largement « recomposer la scène politique européenne pour contester le poids du PPE et des sociaux-démocrates » et « mettre les bases d'un axe nationaliste, clairement anti-Bruxelles, au nom du droit souverain »[48],[49]. Matteo Salvini /matˈtɛːo salˈviːni/[b], né le 9 mars 1973 à Milan, est un homme politique italien. À partir de 2018, il se fait omniprésent sur la scène politique italienne[107] et multiplie les contacts sur le terrain[108] à raison de 250 tournées par semestre en moyenne[109]. » (« fermons tout ! À l'université de Milan, il suit ensuite des études en science politique, en lettres puis en histoire[3]. En décembre 2019, le tribunal des ministres ouvre une enquête sur un possible abus de vols sur des avions et hélicoptères de l'État lorsque Matteo Salvini était ministre. À la suite des élections générales de 2018, lors desquelles la Ligue obtient son meilleur score historique (17,4 %), il est élu sénateur et entre au gouvernement de Giuseppe Conte en tant que vice-président du Conseil des mi… En avril 2020, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, il juge « absolument compréhensible » la proposition d'organiser un référendum sur la sortie de l’Italie de l'Union européenne[97]. Conformément à la ligne historique de l’ancienne Ligue du Nord, il reste défenseur de l’autonomie des régions, qui est notamment réclamée par les régions du Nord de la péninsule[104]. Avec les élections régionales d’octobre 2019 en Ombrie, qui sont marquées par la large victoire de la coalition de droite et le succès de la Ligue, qui remporte à elle seule 37 % des voix dans une région administrée par la gauche depuis un demi-siècle, Matteo Salvini renforce son statut d'homme fort des droites italiennes[74]. Il effectue ses études dans un collège catholique et obtient un baccalauréat littéraire en 1992. Ministerpräsident Giuseppe Conte kritisierte Salvini scharf und verlangt eine Erklärung. Italiens Innenminister Matteo Salvini hat Neuwahlen gefordert und die Regierung damit ins Wanken gebracht. 1:08 . En vue des élections européennes de 2019, il cherche à nouer des alliances sur la question de l’immigration avec des dirigeants comme Viktor Orbán et Sebastian Kurz[27],[28],[29]. À ses débuts, il dénonce en particulier les « Roms-musulmans » et s'intéresse aux questions sécuritaires. Fait inédit et contrairement aux derniers sondages, la Ligue arrive devant Forza Italia. 1:07. La Ligue du Nord enchaîne alors les échecs électoraux, affaiblie par les scandales financiers impliquant son fondateur et chef historique, Umberto Bossi[3]. Son action au Gouvernement permet à la Ligue de progresser de façon significative dans les sondages : dès l'été 2018, le parti dépasse les 30 % d'intentions de vote, devançant le Mouvement 5 étoiles, qui est contraint de s’aligner sur les positions anti-immigration de Salvini[53],[54],[55]. Il continue sa campagne en faveur d'un retour aux urnes et lance une pétition auprès des citoyens italiens[72] lors d'un meeting le 19 octobre 2019 rassemblant à Rome 200 000 militants de Forza Italia, Frères d'Italie et de la Ligue[73]. Le 1er juin 2018, il est nommé vice-président du Conseil des ministres – aux côtés de Luigi Di Maio – et ministre de l'Intérieur du gouvernement Conte[32]. Après la crise économique, il s’abstient de voter sur les projets d’austérité alors que son parti est résolument libéral et en faveur de ces mesures[1]. Ce changement contribue à la remontée de la Ligue du Nord dans les sondages, tandis que la chute de Silvio Berlusconi et la crise migratoire en Europe renforcent son écho dans l'opinion[1],[3],[26]. In Italien will die weit rechts stehende Lega-Partei die Politik der neuen Regierung mit Referenden torpedieren. Il coordonne aussi le mouvement de jeunesse du parti dans la ville[15]. Après avoir démissionné en 2006 et avoir siégé à la Chambre des députés pendant un an, il retrouve son mandat européen en 2009[5]. Il estime également que l'Union européenne devrait se joindre aux sanctions imposées par les États-Unis à l’encontre de l'Iran[105]. Cependant, il promeut dans le même temps des personnalités favorables à la sortie de l'euro telles que Claudio Borghi et Alberto Bagnai, qui deviennent présidents de la commission du Budget respectivement de la Chambre des députés et du Sénat, ou Marco Zanni, qui devient responsable des affaires étrangères de la Ligue, ainsi que Francesca Donato et Antonio Maria Rinaldi sur la liste de la Ligue pour les élections européennes de 2019[95]. Une fois arrivé au gouvernement, il indique ne plus être favorable à la sortie de l’Italie de la monnaie unique. À cette époque, il milite pour la dépénalisation du cannabis[1]. Avec la fin du premier gouvernement Conte, le 5 septembre 2019, Matteo Salvini retrouve pleinement son mandat de sénateur, représentant le Latium (contre la Calabre précédemment) et siégant dans l'opposition[69]. Matteo Salvini naît le 9 mars 1973 à Milan. Malgré des divergences, il s'entend avec Berlusconi pour permettre au parti arrivé en tête de la coalition de choisir le candidat de la droite à la présidence du Conseil des ministres. Als Nächstes. Le 8 août 2019, après des désaccords répétés avec ses partenaires de coalition, notamment sur le chantier de la liaison ferroviaire transalpine Lyon - Turin et l’accueil de navires humanitaires dans les ports italiens, Matteo Salvini demande des législatives anticipées[62],[63]. En août 2020, la Ligue change de nom et devient la « Ligue pour Salvini Premier ministre », officialisant ainsi, selon Francesco Maselli de L'Opinion, « sa transformation d’un parti sécessionniste en parti nationaliste dont le destin est lié à son leader »[84]. Mais le Mouvement 5 étoiles s'allie avec le Parti démocrate pour former un nouveau gouvernement. En italien, Marine Le Pen appelle à "la révolution du bon sens" avec Matteo Salvini. Das kündigte Lega-Chef Matteo Salvini am Sonntag vor Tausenden Anhängern in der norditalienischen...weiterlesen » Au cours de son discours, ce dernier s'en prend à plusieurs reprises à Matteo Salvini, lui reprochant d'avoir « agi par intérêt personnel et politique, compromettant l’intérêt général »[63]. À l'été 2019, peu avant la fin de la coalition gouvernementale avec le Mouvement 5 étoiles, il lance une tournée des plages où il pose torse nu avec des Italiens[113]. Dès sa prise de fonction, il affiche sa volonté de combattre l'immigration illégale. Il fait voter le décret-loi « immigration et sécurité », qui restreint le droit d'asile et facilite les expulsions de clandestins[33], augmente les moyens des forces de l’ordre, notamment dans la lutte contre la mafia et le terrorisme[34], et permet de faciliter les évacuations des occupations abusives de biens immobiliers[35]. Il connait une grande popularité sur les réseaux sociaux, étant suivi sur Facebook par plus de quatre millions de personnes en 2020, nettement devant les autres dirigeants européens[114],[112],[96],[115]. vor 12 Monaten - FAZ. Italien harrt weiter einer Lösung für die Regierungskrise. Matteo Salvini se présente comme libéral[93]. Melden. Très présent dans les médias locaux, il devient également le directeur de Radio Padania Libera[14]. Peu assidu, il n'obtient pas de diplôme[4]. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En 2015, il participe à la formation du groupe groupe Europe des nations et des libertés, dont il devient vice-président. Il rassemble plus de 70 000 personnes lors d'un meeting se tenant quelques jours plus tard dans la petite commune de Pontida, en Lombardie[71]. Il se prononce pour la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et l'interdiction du mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions, qui promeut le boycott des produits israéliens. Matteo Salvini entreprend un changement de stratégie. Les politologues Gaël Brustier et David Djaïz voient en lui et Giorgia Meloni les tenants d'« un authentique populisme de droite, identitaire et anti-élite, dénonçant le supposé risque migratoire, l'islam et les politiques économiques imposées par Angela Merkel et relayées par l'UE »[92]. Comme ministre de l'Intérieur, il appelle les immigrés illégaux à retourner dans leur pays origine et, à défaut, appelle à 100 000 expulsions par an[29]. Toutefois, s’il propose la mise en place de quotas de répartition pour l'accueil des migrants arrivés dans l'Union européenne, Viktor Orbán défend quant à lui la souveraineté de chaque pays en la matière[28]. En janvier 2019, il obtient du Brésil l'extradition du militant d'extrême gauche Cesare Battisti, en cavale depuis 37 ans pour quatre assassinats commis en Italie[52]. Député européen à partir de 2004, il devient en 2013 secrétaire fédéral de la Ligue du Nord (LN), dont il abandonne le régionalisme au profit d'une ligne davantage souverainiste, populiste et identitaire. Avec son spin doctor Luca Morisi, il met au point et exploite un logiciel surnommé la Bestia, qui analyse les données et les flux d’informations des réseaux sociaux[112]. vor 9 Monaten - Stern. Durant l'automne 2019, alors qu'il adoucit son discours en étant dans l'opposition, il déclare que « l’euro est irréversible » et qu’aujourd’hui, « l’Italie hors de l’UE ne compterait plus »[96]. Il utilise ces réseaux pour retransmettre ses interventions publiques en direct ou ses activités quotidiennes, voire évoquer sa vie privée[108],[116],[112]. Ainsi, à partir de décembre 2017, le parti retire le terme « Nord » de ses affiches et se présente comme « La Ligue »[25]. En 2016, il décrit ainsi l'euro comme un « crime contre l'humanité »[19]. Il soutient Donald Trump pour l'élection présidentielle américaine de 2020[106]. Avec l'explosion du nombre de migrants arrivant en Italie à partir de 2010, Matteo Salvini fait de la lutte contre l'immigration clandestine son principal combat, martelant le slogan « Prima gli Italiani » (« les Italiens d'abord »)[85]. Il devient secrétaire du parti en 2012[21]. La Ligue est alors en tête des intentions de vote au niveau national, autour de 30 %[76], et la coalition de centre droit approche ou dépasse les 50 %[77],[78]. En 2004, il est élu député au Parlement européen, où il siège à la commission de la culture et de l’éducation[5]. Il est réélu avec 82,7 % des suffrages en 2017[24]. La Ligue dépose une motion de censure contre le gouvernement, puis la retire ; finalement, le Premier ministre Giuseppe Conte démissionne[67]. Sous sa direction, la Ligue se rapproche de Frères d'Italie[91]. vor 11 Monaten - Blick. En 1997, il mène la liste des « communistes padaniens » aux élections du Parlement de la Padanie, un organe politique officieux créé par la Ligue du Nord. Selon une enquête menée plusieurs mois auparavant par le quotidien La Repubblica, Matteo Salvini aurait pris l'habitude de faire coïncider ses rendez-vous institutionnels en Italie avec des rassemblements de la Ligue, juste avant ou juste après ces rencontres officielles. Ils ont ensemble un enfant, Federico[6]. Ministre, il brandit des chapelets en conclusion de certains de ses discours et multiplie les clins d'œil implicites à Benito Mussolini[64],[112]. Alors que la Ligue fait campagne en mettant en avant son bilan et sa personnalité, il est la personnalité politique la plus votée du pays à travers le vote préférentiel de plus de 2,2 millions d’électeurs qui inscrivent son nom sur leur bulletin[61]. En vue des élections européennes de 2014, il propose un programme commun avec la présidente du Front national, Marine Le Pen[17] ; à l’issue du scrutin, il est réélu dans les trois circonscriptions où il se présentait (Nord-Ouest, Nord-Est et Centre)[18]. Pour l'année 2018, il déclare un revenu annuel de 70 000 €[13]. Matteo Salvini prend ensuite régulièrement position sur la vie politique française, notamment en soutenant le mouvement des Gilets jaunes et en appelant à la démission d'Emmanuel Macron[48]. Il n’affiche toutefois pas de réelles convictions communistes[1]. Sa politique de lutte contre l'immigration le place au centre de l’attention médiatique et contribue à sa forte popularité. Le 7 décembre 2013, Matteo Salvini remporte la primaire pour la direction du parti face à Umberto Bossi, avec 81,7 % des voix des adhérents[22] ; le congrès fédéral de la Ligue du Nord du 15 décembre valide son élection comme secrétaire fédéral du parti[23]. Salvinis Lasst-die-Tore-runter-Politik war bei Lichte besehen wenig erfolgreich. Matteo Salvini opte pour une série d'actions « coups de poing », telles que la destruction au bulldozer d'une villa tenue par la mafia dans la banlieue de Rome[38], en réclamant des explications à Emmanuel Macron sur le renvoi à la frontière italienne de migrants sans demander l'autorisation aux autorités transalpines[39] ou encore en recevant Viktor Orbán en août 2018 à Milan[40]. Il est journaliste au quotidien La Padania et à la radio Padania Libera[3],[5]. Les élections européennes de 2019 sont marquées par une nette victoire de son parti, qui devance de 12 points le Parti démocrate et de 17 points le M5S, confirmant ainsi son « hégémonie » dans le paysage politique italien[60]. Selon le journaliste et écrivain Fabio Chiusi, spécialiste des politiques numériques, le succès de la communication de Matteo Salvini doit aussi à son passage récurrent dans les médias de masse alors que la Ligue du Nord n'était encore qu'un parti marginal[112]. Entre 2016 et 2018, il est en couple avec l’animatrice de télévision Elisa Isoardi[8],[9]. Séduit par le charisme d'Umberto Bossi, il adhère à la Ligue Lombarde en 1990[14], puis à la Ligue du Nord lors de sa fondation, en janvier 1991, à l'âge de 17 ans[1],[3]. franceinfo. En août 2019, après des désaccords répétés avec ses partenaires gouvernementaux du Mouvement 5 étoiles, il provoque la fin de la coalition en espérant des élections législatives anticipées, pour lesquelles la Ligue est donnée nettement favorite. Il revient sur des mesures libérales prises par les gouvernements Monti et Renzi en abolissant la loi Fornero, qui allonge l’âge légal de départ à retraite, pour lui substituer la loi Quota cento permettant à un salarié de partir en retraite à 62 ans s’il cumule 38 années de cotisations sociales[41]. À partir de novembre 2019, le mouvement dit des « sardines » — parti d’un appel à manifester contre la Ligue à Bologne à l'initiative de Mattia Santori, chercheur dans le domaine de l’énergie — réunit plusieurs dizaines de milliers de personnes à travers une centaine de manifestations revendiquées dans le pays ainsi que des dizaines d'autres à l'étranger, autour de slogans antipopulistes et dénonçant les discours « de haine » de Matteo Salvini[79],[80],[81]. S’il s'est d'abord présenté comme « padaniste » jusqu'à soutenir l'équipe de France de football lors de la finale de la Coupe du monde de football de 2006[86], le politologue Jean-Yves Camus indique qu'avec son arrivée à la tête de la Ligue du Nord, l'agenda du parti « est devenu beaucoup plus national, souverainiste, anti-immigration, islamophobe, avec une récurrence très forte sur le thème de l’identité »[87]. Bien qu’il fasse partie des élus les plus absentéistes, Politico le présente en 2016 comme l'un des 40 députés européens les plus influents[19],[20]. À la fin de l’année 2018, alors que la Commission européenne justifie l'ouverture d'une procédure de sanction à l'égard de l'Italie par le non-respect des critères européens en matière de réduction de la dette publique (elle réclame au pays quatre milliards d’euros d’économies en plus de 7,5 milliards déjà consentis), Matteo Salvini déclare que le gouvernement Conte « ne retourne pas en arrière » sur le budget prévu pour 2019 tout en jugeant envisageable un accord avec les autorités européennes[42],[43],[44]. Sa liste remporte cinq des 210 sièges à pourvoir[16]. En septembre 2018, tout comme le Néerlandais Geert Wilders, il se dit prêt à travailler avec l’Américain Steve Bannon et à rejoindre son organisation, Le Mouvement, pour fédérer des partis de droite et d’extrême droite européens[100]. Die Fraktionschefs des Senats konnten sich am Montag nicht auf einen gemeinsamen Zeitplan über das weitere Vorgehen nach dem Misstrauensantrag der rechtsradikalen Lega von Innenminister Matteo Salvini gegen Ministerpräsident Guiseppe Conte einigen. Il fait ses études au Liceo ginnasio statale Alessandro Manzoni (it), à Milan. Celui-ci enregistre une cote de popularité élevée, tandis qu’une majorité encore plus importante soutient ses positions sur l'immigration[56],[57],[58],[59]. Selon Christian Salmon, sa rhétorique « se résume à la fabrique quotidienne d’un clivage ami/ennemi », dans l'intention de « provoquer la réaction de ses adversaires politiques, qui contribuent gratuitement à élargir son audience et à rendre plus performante l’emprise du leader de la Ligue sur les réseaux sociaux »[112]. Mit der Forderung nach Neuwahlen hat Italiens Innenminister Matteo Salvini die Regierung in einer schwere Krise gestürzt. Après avoir divorcé, il a deux autres enfants, Mirta et Luca, avec Giulia Martinelli[7]. et propose la mise en place d’une ligne téléphonique gratuite pour signaler les actes de délinquance commis par des immigrés. Alors que la Ligue refuse l’utilisation du Mécanisme européen de stabilité par l’Italie et vote contre l’hypothèse d’une mutualisation de la dette au Parlement européen, L'Opinion estime que Matteo Salvini « voit dans la crise [sanitaire] une fenêtre pour tenter de sortir l’Italie de l’euro »[98]. Ses parents sont milanais : son père est dirigeant d'entreprise et sa mère, femme au foyer[2]. Il décide de renoncer aux ambitions sécessionnistes du Nord au profit d'un discours s'opposant davantage à l’immigration et à l'Union européenne. Il fait rétablir sur les registres d’état civil des enfants mineurs italiens les mentions « père » et « mère », qui avaient été supprimées en 2015 au profit de « parent 1 » et « parent 2 »[103]. Matteo Salvini se marie en 2001 avec la journaliste Fabrizia Ieluzzi. Matteo Salvini assure ne pas vouloir sortir de l'Union européenne et « choisir de changer les choses de l'intérieur », en s'alliant à d'autres pays[47]. La Cour des comptes avait ouvert une enquête sur le volet financier, et l'avait classée sans suites en septembre 2019 tout en jugeant ces vols « illégitimes »[117]. Dans l'accord de gouvernement avec le Mouvement 5 étoiles, il accepte une concession avec deux taux, très bas au regard de la fiscalité italienne (excepté pour les entreprises qui conservent un taux unique de 15 %) : 15 % jusqu’à un revenu de 80 000 euros annuels et 20 % au-delà, sans aucune décote possible : pour Mediapart, « ce sera donc un impôt à taux unique imparfait sur le plan théorique, mais très proche de la proposition de la Ligue sur le plan pratique »[99]. En juin 2018, à peine nommé ministre de l'Intérieur, il refuse l'entrée dans les ports italiens de l'Aquarius, qui transporte des migrants venus de Libye[37]. Au niveau national, la Ligue du Nord obtient seulement 4 % des voix. Bild: EPA Mit Giuseppe Conte und vor allem ohne Matteo Salvini soll jetzt alles anders werden. Neue Regierung: Italien ohne Salvini. Finalement, en guise de concessions, le Gouvernement italien reporte de six mois la mise en place du revenu universel, proposé par le M5S, et l’abaissement de l’âge légal de départ à la retraite, défendu par la Ligue[45],[46]. 1:25. Après avoir été député de la République de 2008 à 2009, Matteo Salvini est réélu à la Chambre des députés lors des élections générales de 2013, en Lombardie. La défaite de la Ligue lors des élections régionales de janvier 2020 en Émilie-Romagne, cœur historique de l’Italie communiste et industrielle, gouvernée par la gauche depuis 1945, est considérée comme un « premier revers pour Matteo Salvini », omniprésent pendant la campagne[75]. Des Italiens chantent "Bella Ciao" face au ministre de l'Intérieur Matteo Salvini. ») pour ralentir l’épidémie, et la revendication du rétablissement au plus vite de la liberté de circuler — », et que « le gouvernement profite à plein de l’ambiance d’union nationale créée par la crise, malgré ses hésitations et ses ambiguïtés »[83].